Apprendre en jouant : comment s’y prendre ?

  • par
comment apprendre par le jeu ?

Apprendre par le jeu est tout à fait naturel pour nos enfants, petits mammifères. Jeux d’imitation, d’observation, de langage… Et pourtant, il y a un âge (au hasard, celui de l’entrée à l’école primaire ?) où les apprentissages deviennent plus sérieux. Est-il possible de continuer d’apprendre en jouant ? Mais surtout, comment s’y prendre pour rendre les apprentissages ludiques ?

Jouer pour apprendre : l’écueil des jeux éducatifs

Jouer est le meilleur moyen d’apprendre. On joue avec son bébé de façon naturelle, les enfants jouent toute la journée et apprennent énormément de choses… Partant de ce super constat, sont nés beaucoup de jeux éducatifs proposant d’apprendre en jouant : coffrets de découverte des lettres, j’apprends à compter, puzzles de cartes du monde…

Mais bien souvent, un jeu trop directif, trop volontairement pédagogique n’est plus un jeu ! On y perd en effet la part indispensable de liberté et de gratuité propres au jeu.

Ces jeux deviennent alors inintéressants, parce qu’on voit bien qu’ils sont là pour qu’on apprenne quelque chose ! Leur côté ludique est souvent un feu forcé, pas très naturel, voire assez limité : le concepteur était peut-être calé en pédagogie, mais moyennement pour ce qui est de la création de jeu !

Les jeux éducatifs permettent-ils de bien apprendre

Ces enfants qui n’aiment pas apprendre en jouant…

Mais au-delà du jeu, éducatif ou non, certains enfants n’aiment pas qu’on leur propose de jouer pour apprendre. Bizarre, non ?

Ce sont souvent des enfants qui ont la tête sur les épaules, un réflexion et une logique bien développées. Peut-être pourrait-on les qualifier de précoces… En tous cas, ils ne supportent pas qu’on leur parle comme à des enfants, qu’on leur cache des choses ou qu’on enrobe la réalité dans un joli papier doré. C’est vrai, quoi, on n’est plus des bébés !

Alors pour eux, n’utiliser les billets de Monopoly que pour apprendre à rendre la monnaie, ou encore raconter une histoire magique pour apprendre la conjugaison, ça ne passe pas ! Les tables de multiplication sont longues à apprendre ? Tant pis, à force de les répéter et de les recalculer, ils finiront par les savoir. Mais pas question d’adhérer aux petits dessins animés de Multimalin !

Et pourtant, il peuvent en parallèle adorer jouer à toute sorte de jeux ! tant qu’on ne leur impose pas, et surtout qu’il n’y a pas d’objectif d’apprentissage plus ou moins exprimé dans cette activité.

On apprend tellement en jouant simplement…

En jouant, ils apprennent beaucoup de choses.

Sans le savoir. Ils s’en rendent compte plus tard… Et ça leur convient bien !

Ils apprennent notamment :

  • A perdre tout en restant bon joueur : l’un des premiers apprentissages des jeux, et l’un des plus difficiles à assimiler…
  • A respecter les règles, jouer à son tour, faire les actions dans l’ordre. Là aussi, toute une discipline !
  • A développer leur sens stratégique, seul ou en équipe.
  • A lire (eh oui !)
  • A compter (ça marche aussi !), c’est très motivant pour le calcul mental.
  • A faire semblant : ne pas dévoiler tout de suite leur plan, leurs cartes…
  • A se repérer dans l’espace, la gauche et la droite, le sens des aiguilles d’une montre.
  • … et tant d’autres compétences que je ne peux pas tout détailler ici !

Jeux de société, d’équipe, de logique, chasses aux trésors… Quels sont les meilleurs jeux pour apprendre ?

Je dirais bien : tous ! Dans le sens où : tant que le jeu plaît à votre enfant, c’est qu’il y trouve un intérêt, et qu’il y apprend quelque chose. D’où le phénomène de passions des enfants : pendant un mois, il ne veut jouer qu’aux Petits chevaux ou aux Mille bornes ? Alors c’est que ces jeux le nourrissent en ce moment, et c’est tant mieux !

Jeux de société : des apprentissages qui peuvent être répétés

comment apprendre par le jeu ?

Les jeux de société apportent généralement un moment convivial, en famille autour d’une table. Un moment d’échange privilégié avec les parents, qui peuvent expliquer leur façon de faire, leur stratégie, ou bien découvrir un nouveau jeu ensemble…

Parmi ces jeux, nous pouvons noter que les jeux de plateau type jeu de l’oie, petits chevaux, mais aussi les Aventuriers du Rail ou Carcassonne vont plus travailler les repères spatiaux et le calcul mental.

Les jeux de cartes du type Mistigri, 7 familles, Nain jaune, Escalier, Crapette, Tarot vont favoriser la stratégie et la logique. Et bien sûr ils apprennent à ne pas dévoiler notre jeu avant la fin de la partie !

Les jeux de plein air : il faut du monde !

A moins d’avoir une famille (très) nombreuse, difficile de monter une équipe de foot dans son jardin… Et pourtant, on apprend beaucoup en pratiquant un sport ! Bon, d’accord, il n’y a pas que le foot dans la vie 😉 !

jouer en équipe, un bon apprentissage
Jouer en équipe permet d’apprendre le respect

La plupart des sports sont bénéfiques aux enfants, notamment pour développer leur motricité, leur sens de l’espace, éventuellement leur goût pour la compétition. Ils sont parfaits pour trouver sa place dans un groupe d’enfants qui partagent une même envie (ce qui n’est pas toujours le cas à l’école…)

On peut aussi organiser des jeux d’équipes avec quelques enfants, des copains, des voisins… Souvent en plein air, ces apportent aussi des apprentissages fondamentaux. Jouer à la Balle aux prisonniers, à l’Epervier ou au Chat glacé n’est pas anodin ! On y apprend à bouger dans l’espace (repères spatiaux), mais aussi à tenir son rôle au sein de son équipe, à respecter l’adversaire : des compétences qui entrent dans la « formation du citoyen » du socle commun !

Les chasses aux trésors : un joli mix pédagogique qui plaît à tous

S’il y a bien une activité que tous les enfants (que je connais) adorent, ce sont bien les chasses aux trésors. Une ambiance d’aventure, d’énigmes, d’étapes à découvrir, un sens logique caché et surtout un trésor à trouver, voilà de quoi les motiver à vous suivre pendant des heures !

apprendre en jouant à la chasse au trésor

Une chasse aux trésors bien menée permet de couvrir un grand nombre d’apprentissages.

On y retrouve par exemple :

  • la lecture et la compréhension de texte,
  • le déchiffrage, le décodage (sens logique, rigueur, concentration)
  • l’orientation dans l’espace, avec un plan ou un schéma, des indications fléchées, une boussole…
  • l’observation
  • le langage oral lorsqu’il faut expliquer à toute l’équipe son point de vue, sa stratégie
  • Et bien d’autres choses en fonction du contenu de la chasse aux trésors ! Les enfants peuvent avoir des missions à accomplir, comme du dessin, des relevés de mesures, des calculs d’âge ou retrouver des dates… Il peut s’agir de chasses aux trésors en langue étrangère, ou bien qui demande des compétences dans un domaine particulier !

Le petit plus de la chasse aux trésors : la motivation

Qu’est-ce qui fait que la chasse aux trésors remporte un si vif succès auprès des enfants ? J’ai mené ma petite enquête, et d’après mon sondage auprès de 22 enfants de tous âges, voici les trois raisons principales.

1/ Une chasse aux trésors, c’est cool.

Oui, l’argument peut paraître faible, mais il dit bien ce qu’il veut dire. Une chasse aux trésors, ça ne s’improvise pas. Ca demande de la préparation, de l’organisation, et cela les enfants le ressentent. Ils savent qu’on s’est donné de la peine pour leur organiser quelque chose qui sort de l’ordinaire, et ça, c’est cool. Je pense que tous les organisateurs de chasses aux trésors sont fondamentalement des gens « cool ».

2/ On a envie de trouver le trésor (et même souvent, il y a des bonbons dedans !)

J’en reviens à ce que je disais : la MOTIVATION ! Parce que, avec ou sans bonbons, trouver le trésor c’est avoir la clé de l’énigme, et valider toutes les stratégies, logiques et déductions qui ont été faites tout au long du parcours ! Du coup, même les enfants qui peuvent être réticents aux jeux à visée pédagogique iront quand même au bout de la chasse aux trésors. Tant pas pour eux s’ils apprennent quelque chose !

Ne vous mettez pas la pression pour le trésor, un petit comme celui-là suffira…

3/ On a envie d’y arriver, et tout seul c’est encore mieux.

Une autre motivation : la fierté d’arriver au bout du jeu de piste. Parce que c’est quand même motivant de trouver la solution du problème ! Et en passant parfois par des phases successives d’essais-erreurs, berceau de tous les apprentissages ! Dans une chasse aux trésors, il n’y a qu’une solution : celle qui mène au trésor. Pas le choix, il faut trouver…

Besoin d’un coup de pouce pour une chasse aux trésors pédagogique et réussie ?

J’en ai organisé quelques unes, mais je ne me sens pas experte pour vous donner des conseils de pro… Mais justement, j’en connais des pros ! Coline et Rémy du site Petites chasses aux trésors, vous donnent des conseils et même des fiches à télécharger pour préparer vous-même de super moments en famille.

Et pour aller plus loin, et proposer à vos enfants ou à vos élèves une chasse aux trésors par mois, avec une nouveauté par semaine, ils ouvrent en ce moment les portes de l’Odyssée Pédagogique ! Rendez-vous par ici pour voir leur explication en vidéo sur les bienfaits des Chasses aux trésors dans les apprentissages.

Donnez-moi des nouvelles de votre prochaine chasse aux trésors !

Partager l'article
  • 5
    Partages
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.