l'école publique de notre quartier : école idéale ?

L’école idéale pour mes enfants

Vous savez peut-être que mes enfants ont fait l’Instruction en Famille. Et qu’ils sont allés aussi dans une école Montessori. Mais saviez-vous que l’une d’entre eux avait aussi fréquenté l’école classique ?

Petit retour sur nos réflexions quant à l’école idéale pour nos enfants, en espérant pouvoir vous aider à y voir plus clair pour les vôtres aussi !

Le premier choix n’était pas le plus simple…

… mais c’est celui qui nous a le mieux convenu !

La première fois qu’il nous a fallu choisir, réfléchir autour de l’école, c’est lorsque notre fils aîné a eu deux ans et demi.

Quelle école pour lui ? Nous étions plutôt pour l’école publique, même si mon mari avait plutôt fréquenté des écoles privées. Rien ne nous montrait leur supériorité, donc la recherche s’est faite uniquement sur l’école publique de notre quartier.

l'école publique de notre quartier : école idéale ?
l’école publique de notre quartier : école idéale ?

Par un fort heureux hasard, il n’y avait plus de place ! Une liste d’attente, qui nous a permis de prendre le temps de réfléchir ! Quelles étaient nos possibilités pour offrir à notre fils une école idéale ?

Possibilité numéro 1 :

l’inscrire dans une autre école publique, d’une commune proche dans laquelle je louais un atelier.

Nous avons visité, et annulé l’inscription : l’ambiance “vieille école”, avec les bruits de classe qui résonnent dans le couloir : “rangez vos cahiers ! Taisez-vous !”… Très peu pour moi.

Possibilité numéro 2 !

l’inscrire dans une école alternative.

Oui, mais…

  • il n’y en avait pas près de chez nous
  • c’était cher, du moins trop cher pour nous
  • et puis, il fallait aussi pouvoir donner du temps pour du ménage, de la surveillance… ce qui n’était pas envisageable avec deux autres enfants très petits

Possibilité numéro 3 :

ne pas l’inscrire à l’école. En fin de compte, beaucoup d’avantages :

  • pas d’horaires, de rythme à respecter : d’autant mieux que justement, il y avait deux petites sœurs à s’occuper
  • une plus grande proximité et complicité, en répondant à ses questions au moment où elles arrivaient
  • du coup moins de frustration pour l’un comme pour l’autre !
en IEF, on a du temps pour aller aux jeux et en profiter quand les autres enfants sont à l'école !
en IEF, on a du temps pour aller aux jeux et en profiter quand les autres enfants sont à l’école !

Et puis…nous avons continué ainsi l’IEF, jusqu’à ce qu’un jour, j’entende un :

“Maman, moi je voudrais aller à l’école !”

En voilà une idée ! On est si bien comme ça, pourquoi changer ?

Tout simplement parce que ma deuxième fille, n’est pas mon fils aîné. Et elle, elle aime le groupe, faire comme tout le monde, et sa curiosité l’a menée jusqu’à l’école ! Une école… idéale ?

Alors, on a visité l’école de notre village. Et on l’a inscrite. Au mois de juin.

Elle a voulu commencer tout de suite, et le directeur a accepté.

Nous , on l’avait prévenue : avec le petit frère qui n’avait que 3 mois, je ne pourrais pas aller la chercher pour le repas de midi. Par contre, toute la famille a joué le jeu et s’est levé en même temps qu’elle le matin.

Nous avons très vite vu que les horaires d’école étaient extrêmement contraignants pour elle comme pour nous. Impossible d’aller faire une sortie l’après-midi : il fallait être de retour pour 15h30 ! Et elle était assez fatiguée après sa journée d’école, donc plus grognon, ou bien elle n’avait pas envie de ressortir…

Nous avons découvert les joies des horaires de l'école... ecole ideale s'instruire autrement
Nous avons découvert les joies des horaires de l’école…

Les deux premiers jours, elle a dit que c’était formidable. Le troisième, elle nous a avoué que la cantine, c’était pas bon…

Le quatrième, elle a parlé de punitions et d’injustice.

La cinquième, c’était des histoires de cour de récré. Et le sixième, elle a demandé à ne pas y retourner…

Elle a donc fait deux petites semaines d’école en classe de Grande Section. Elle a participé à la sortie de fin d’année, a fait le cadeau pour la fête des pères, et fait les répétitions de danse et de chorale pour la fête de l’école. Et d’ailleurs, comme la maîtresse avait tout changé pour elle, elle a quand même participé à la fête de l’école.

L’école a répondu à un besoin, mais c’était pas ça.

Elle nous a expliqué que ce qu’elle aimerait, c’est une école Montessori !

La chance au tournant : mes enfants en école Montessori

Par un beau matin de décembre, c’était décidé : nous changions de ville. Et donc de maison, de fréquentations, de travail…

école Montessori
L’école Montessori sera-t-elle notre école idéale ?

En faisant un rapide bilan de mes compétences, j’ai noté que mes formations Montessori couvraient quasiment la totalité du cycle 6-12 ans !

J’ai donc postulé pour travailler dans une école Montessori et… me voilà éducatrice !

Du jour au lendemain, mes enfants IEF se retrouvent donc scolarisés en école Montessori, dans ma classe. Le rêve pour ma fille ! Le cauchemar pour mon fils ! Et un mélange de curiosité et d’incompréhension pour ma troisième fille…

Car bien que je sois convaincue par le bien fondé de cette école alternative, je suis convaincue aussi qu’elle ne convient pas à tous les enfants ! Et ceux qui ont goûté à la liberté et à qui cela convenait bien, aiment y retourner…

Le choix revient aux enfants

C’est ainsi qu’après deux ans d’école Montessori, nous avons simplement redonné le choix à nos enfants : école publique, école Montessori ou IEF ? Quelle est leur école idéale ?

A notre grande surprise, les réponses ont été très variées.

  • Pour mon fils aîné, IEF. Choix catégorique. Hors de question pour lui d’aller perdre du temps dans un collège classique. (eh oui, déjà le collège !)
Pour lui, l'école idéale est juste vivre au jour le jour !
Pour lui, l’école idéale est juste de vivre au jour le jour !

 

  • Ma fille a longtemps hésité : IEF ou école publique ? Elle a finalement écarté l’école Montessori, même si la façon d’y travailler lui convenait bien. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont que 15 enfants par ambiance, et c’est bien trop peu pour elle ! Son choix s’est donc porté sur l’école publique. Pour des raisons techniques, elle a accepté l’IEF une année, mais en nous prévenant déjà qu’elle voudra aller au collège l’an prochain !

 

  • Ma troisième fille a elle aussi longuement hésité, principalement parce qu’elle ne verrait plus sa copine si elle quittait l’école. Une vraie histoire d’amitié est née, et ne pas la voir tous les jours risque d’être difficile. Pourtant, c’est tout de même l’IEF qui l’emporte à l’idée de ne plus être obligée de se lever le matin, elle qui est plutôt couche tard – lève tard !

 

  • Enfin, pour mon dernier fils qui a été une année à l’école dans l’ambiance 3-6 ans, la question s’est aussi posée. Et lui aussi a réfléchi. A la fois, il avait très envie de ne pas retourner à l’école, lui aussi pour ne pas avoir à se lever le matin, mais surtout pour pouvoir jouer aux Legos autant qu’il le voulait. Et à la fois, il aime bien la maîtresse, et s’est fait des copains, dont un “ami”. Et ça, ça compte ! Tout bien pesé, son choix s’est tout de même arrêté sur l’IEF.
cartes vocabulaire école Montessori
Même s’il est enfant modèle à l’école Montessori, lui aussi a choisi l’IEF !

C’est ainsi que l’an prochain, nos quatre enfants vont reprendre le chemin de l’IEF. Et je serai la seule à aller travailler à l’école !

Mais l’année d’après, qui sait ? Car comme chaque année, nous laisserons le choix à nos enfants, entre IEF ou école. Ils sont les premiers concernés, n’est-ce pas ?

Et vous, comment avez-vous choisi ? Avez-vous changé d’avis en cours de route ? Vos enfants préfèrent-ils l’école, ou l’IEF ?

Racontez-moi dans les commentaires ci-dessous !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.