Osez déscolariser vos enfants !

On entend trop souvent les parents se plaindre du système scolaire en France : horaires trop lourds, classes surchargées, programme impossible à boucler dans l’année, pas assez de cours de langues, trop peu de culture générale… Et le stress des devoir à la maison ne concerne pas que les enfants ! Cela dure parfois 1h, 1h30, les parents supervisant le travail de l’enfant, réexpliquant à leur manière, s’énervant parfois quand ça ne va pas assez vite…

Et du côté des enfants, l’école n’est pas toujours un lieu agréable où l’on a une folle envie d’aller tous les matins pour suivre des apprentissages ! Leur préoccupation principale reste les copains, avec qui ils peuvent jouer pendant deux à trois récréations de 30 minutes maximum… Le reste du temps, ils doivent être assis à leur table et suivre les consignes : des maths quand c’est l’heure des maths, du français à l’heure du français, et avoir de la créativité une heure et demie par semaine (au CP/CE1, après de moins en moins…).

Dès la petite section de maternelle, les enfants apprennent à suivre le groupe, à faire les activités proposées en temps voulu, aller aux toilettes quand c’est l’heure, donner la main et se mettre « en rang deux par deux »… Ils apprennent petit à petit à rentrer dans le moule.

child-433877_1280

Puis vient le CP, la grande école : là, on découvre d’un seul coup les contrôles, les notes et les devoirs à la maison… ça donne envie d’apprendre, non ? Les enfants développent une peur de la mauvaise réponse, préférant parfois ne pas répondre plutôt que chercher par eux-même et risquer de se tromper. Ils aiment les matières dans lesquelles ils sont forts, et délaissent celles où les notes ne sont pas bonnes : « de toutes façons, je suis nul en français… » Ils apprennent à travailler vite (et pas forcément bien) pour en être débarrassé et pouvoir jouer avec les copains !

Et tout cela, c’est quand ça se passe bien… Car que dire quand le courant ne passe pas entre l’enfant et l’enseignant ? Il va passer 6 heures de classe par jour devant une personne qui peut le rabaisser, le critiquer devant ses copains, lui donner des punitions, le priver de récréation… On comprend qu’il n’ait pas envie d’y retourner le lendemain !

Alors n’attendons pas que nos enfants aient mal au ventre tous les matins, pleurent pour ne pas aller à l’école, développent des tocs et des phobies (oui, la phobie scolaire existe, et n’est pas si rare!), pensons dès maintenant à la déscolarisation !

Car non, l’école n’est pas obligatoire ! C’est l’instruction qui l’est, de 6 à 16 ans. Cette instruction peut être dispensée à l’école ou en famille, avec ou sans cours par correspondance, en suivant ou non le programme scolaire. Pas besoin que les parents soient diplômés : les parents apprennent en même temps que l’enfant ! Un peu d’organisation, un emploi du temps rempli à l’avance ou à remplir par tous les imprévus de la vie, et c’est parti !

Plus de notes, plus d’évaluations, plus besoin de se dépêcher le matin, pas de manque de sommeil, respect du rythme de l’enfant aussi bien au niveau du sommeil que des apprentissages, moins de risques de maladies (on évite bien souvent l’épidémie de gastro!)… et surtout les enfants apprennent la « vraie vie » ! Les constructions en montant des meubles, suivre un plan ou une notice, une recette de cuisine, un conseil de jardinage, avec un vrai résultat au bout, et une auto-évaluation : je vois bien en goûtant mon gâteau que si j’ai mis du sel à la place du sucre, il sera immangeable ! Je me suis trompé, je ne referai pas cette erreur !

child-938704_960_720

Et surtout, les copains, ils les verront plus, et mieux : au lieu des récréations pendant lesquelles tout le monde veut jouer en même temps, dans un climat bruyant et stressé (on sort du devoir de maths, on a juste le temps de la récré pour faire un jeu et après ça va sonner il faudra faire de la grammaire…), on peut voir les copains une après-midi entière ! Le temps des jeux libres semble alors infini… et permet alors de vraiment mettre à l’épreuve leur créativité, tester des règles nouvelles sans être interrompus, aller explorer des endroits nouveaux, imaginer…

Imaginer… voilà un mot que l’on rencontre peu lorsque l’on parle de l’école. Sauf lorsque l’on s’y ennuie, mais c’est un autre problème…

3 commentaires sur « Osez déscolariser vos enfants ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

15 Partages
Partagez
Tweetez
+1