Les écrans en tout genre

Vaste question que celle de la relation qu’entretiennent nos enfants avec les écrans en tout genre : télé, ordinateur, tablette, smartphone, console… Je me sens vieille quand je pense qu’une bonne partie de tout cela n’existait pas quand j’étais enfant ! Nous avions une télé en noir et blanc, que l’on regardait peut-être une fois par semaine… puis une télé couleur, achetée pour suivre les jeux olympiques, j’avais 9 ans! J’avais accès à un ordinateur chez mes grands-parents, avec quelques jeux à la pointe de la technologie de l’époque : la grenouille qui traverse une route avec des camions à éviter, un circuit de voitures à créer, et des logiciels de dessin avec 16 couleurs, puis 256, autant dire l’infini !

Aujourd’hui, les enfants ont accès généralement à plusieurs « écrans », ayant plusieurs fonctions : les jeux et la détente (consoles, films ), les informations (télévision, internet), le travail et la communication (ordinateur, smartphone). La difficulté réside dans le fait que chacun de ces appareils a une partie dédiée aux loisirs : un ordinateur pour le travail a souvent aussi des jeux intégrés, ou peut avoir accès à des jeux ou films sur internet ! La télévision propose des programmes pour enfants, des jeux sont disponibles sur smartphone et tablette… à croire que tout est fait pour que les enfants soient attirés par les écrans !

tv-addict-1429652-639x961

Cette constatation ne me gênerait en rien si je n’avais constaté, à l’école comme dans ma famille, l’effet néfaste des écrans sur la concentration des enfants (et des adultes, d’ailleurs, mais c’est un autre problème !). A l’école par exemple, je vois nettement que les enfants qui ont plus accès à la télévision, jeux vidéos et ordinateurs sont fiers de raconter ce qu’ils ont regardé ou les jeux auxquels ils ont/vont jouer, et sont aussi plus difficiles à mettre au travail. Ils ont du mal à se fixer des objectifs d’apprentissages, restent concentrés moins longtemps sur une activité, sont plus agités…

En famille, nous avons testé avec nos enfants le libre choix du « temps d’écran ». Tout d’abord, nous avons donné aux enfants une totale liberté avec les écrans. Pendant une ou deux semaines, ils étaient libres d’allumer ou non la console, ou de regarder des DVD de leur choix. Il arrivait fréquemment qu’ils soient énervés, qu’ils n’arrivent pas à se poser, qu’ils aient l’impression de ne rien avoir fait de leur journée le soir… autant d’occasions de discuter avec eux, de leur montrer quelles sont leurs limites, et de décider ensemble d’une limitation du temps d’écran. Cette limitation n’est pas fixe, elle peut être modulée en fonction des circonstances, sur demande de chacun, après une discussion. Les enfants ont pris conscience de leurs limites, des effets des écrans sur leur comportement, et ont établi eux-même leur règle : les débuts d’une autonomie !

Le « temps d’écran » doit être contrôlé pour ne pas nuire aux apprentissages en classe ou en famille. Toutefois, tous les écrans ne sont pas totalement nocifs : les enfants apprennent aussi beaucoup grâce aux écrans ! A la télévision, nous sommes tous « tombés » sur un documentaire qui a su nous captiver et nous a appris beaucoup de choses sur un sujet qui nous était inconnu ! Les jeux vidéos travaillent aussi une certaine motricité et les réflexes… On peut avoir rapidement accès à des informations sur internet, parfois contradictoires, ce qui permet de travailler notre esprit critique…

Tentons d’éduquer nos enfants à se servir des écrans, pour leurs recherches, leur travail et leurs loisirs, sans en abuser, en gardant un œil sur leur propre corps et leurs propres limites, et surtout en éveillant leur esprit critique !

Pour une réflexion approfondie, une mine d’informations et de réflexions, de témoignages, je vous conseille le numéro 4 du magazine Peps traitant des jeux vidéos. Il nous a été grandement utile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

6 Partages
Partagez
Tweetez
+1