Les 4 piliers des apprentissages

Ça y est, la rentrée est passée, la course des premières semaines commence à se faire oublier, les nouvelles habitudes rentrent dans l’ordre… La pression se relâche, tant de votre côté que de celui de vos enfants.
Ils vous racontent les copains, la récré, mais pour ce qui est des leçons et des devoirs, vous sentez bien que la motivation est en chute libre.
Alors, que pouvez-vous faire à la maison pour les aider dans leurs apprentissages ?

Premièrement, les écouter

Vos enfants ont plein de choses à vous dire, de questionnements sur la vie, le monde, notre société, et tant de choses… Mais la règle du jeu n’est pas la même pour tous ! Certains enfants posent directement et simplement leurs questions : à vous alors de chercher des réponses les plus précises possible. Mais je connais nombre d’enfants qui ne poseront pas LA question qui leur trotte dans la tête, qui les empêche de dormir et qui les tracasse la journée… Votre rôle consiste alors à écouter. Observer. Chercher à comprendre. Tenter une réponse. Poser une question. L’air de rien. Et écouter encore…

Plus il vous sent attentif, et plus votre enfant se sentira important à vos yeux. Quelques paroles encourageantes, valorisantes, lui feront gagner en estime de soi. Et c’est là le premier pilier des apprentissages : l’estime de soi. Plus on se donne de valeur, plus on a la motivation d’aller chercher de quoi progresser encore et encore !

Deuxièmement, leur faire confiance

Les enfants naissent curieux de tout : de tout voir, de tout toucher, de tout sentir… En grandissant, cette curiosité ne s’estompe pas, et vous en avez la preuve avec toutes les questions qu’ils vous posent à la minute : Qu’est-ce que c’est ? A quoi ça sert ? sans parler de la grande période des Pourquoi ?

Petits, ils essayaient déjà de lire (à leur façon ! ) les histoires, les magazines, ou de compter le nombre de personnes à table… Pourquoi leur curiosité et leur envie de grandir disparaîtraient du jour au lendemain ? Faites-leur confiance. C’est le plus beau cadeau que vous puissiez leur faire. Certes, il y a des hauts et des bas, mais s’ils sentent que vous avez une grande confiance en eux, et que vous êtes sûrs qu’un jour ou l’autre ils arriveront à lire, écrire et compter sans souci, qu’ils pourront faire le métier dont ils rêvent et que tout est possible, alors les soucis ne semblent plus que de petits nuages passagers…

Troisièmement, les accompagner

Parce que pour savoir faire seul, il faut d’abord savoir faire à deux ! Prenez le temps de montrer, de faire avec, de répéter, de dire, de redire, et petit à petit votre enfant saura faire tout seul… C’est vous qui pouvez le mieux l’aider à apprendre une leçon, ou une poésie. Apprenez-lui une façon de faire efficace, que ce soit celle de la maîtresse ou la vôtre, peu importe. Pareil pour préparer ses affaires, cela s’apprend aussi ! Vous lui avez sûrement appris aussi à ranger sa chambre, ou à vider le lave-vaisselle…

Tout cela conduit peu à peu à l’autonomie. L’autonomie dans le travail ou dans les apprentissages, c’est long à venir, mais pas plus que celle pour se débrouiller au quotidien. Plus vous expliquez les étapes à suivre à votre enfant, plus il aura de repères pour savoir travailler seul efficacement.

Quatrièmement, jouer !

Enfin, après une journée plus ou moins intéressante à l’école, votre enfant n’a peut-être pas envie de refaire des devoirs qui ressemblent encore et toujours à ce qui a déjà été fait… Profitez-en pour jouer avec lui ! Jouez à la grammaire, à la conjugaison et aux maths, proposez des phrases rigolotes ou des calculs bizarres… Je me souviens parfaitement que le seul ouvrage de grammaire présent chez moi, quand j’étais petite, était la « Grammaire française et impertinente » de Jean-Louis Fournier. Je l’ai lue et relue plusieurs fois, et encore aujourd’hui je tire des exemples de ses pages pour faire comprendre la grammaire à mes enfants !

Les apprentissages s’ancrent beaucoup mieux quand ils sont vus comme des jeux. Les activités Montessori, par exemple, peuvent être vues comme des moments ludiques : la plupart des enfants de mon école demandent à « jouer » à la banque ! Une façon d’apprendre les tables de multiplication qui cartonne, la méthode Multimalin, est basée sur la mémorisation d’histoires rigolotes… Et les Maths avec le sourire vous aident à aborder les maths aussi simplement qu’un jeu de cubes !

Un savant mélange…

Vous savez maintenant quelles sont les bases pour aider votre enfant à apprendre. Estime de soi, confiance en soi, autonomie et plaisir d’apprendre sont les quatre piliers, les fondements qui vont emmener votre enfant vers l’épanouissement. Prenez le temps d’observer, observer et observer encore votre enfant, pour lister ce qui va et ce qui va moins, et avancer pas à pas dans chacun de ces domaines… Si vous rencontrez des difficultés, dites-le moi dans les commentaires, je suis là pour vous accompagner !

 

 

Les Maths avec le sourire : une méthode pour aborder les maths en toute sérénité.

-de la maternelle au CE2

-apprendre par la manipulation

-une progression simple et efficace

Cliquez sur l’image pour en savoir plus !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

6 Partages
Partagez
Tweetez
+1