L’écriture, ça s’apprend !

Comment l’écriture peut-elle être innée ?

Elle ne le peut sûrement pas… bien que je ne souvienne pas l’avoir apprise !
L’écriture, pour moi, a toujours été quelque chose d’agréable, joli, sur lequel je m’appliquais.J’ai appris peut-être « spontanément » à écrire : je connaissais déjà les lettres en moyenne section, et en grande section je savais déjà lire… et écrire ! Je voyais bien que les exercices de graphisme nous préparaient à écrire les lettres, que les boucles c’était pour les « l », et les ponts pour les « m »… J’ai ensuite sauté le CP, j’ai intégré directement la classe de CE1, et comme je savais écrire, cela ne m’a pas posé de problème. Je me souviens bien de l’apprentissage des majuscules cursives, avec leurs belles boucles, mais pas du tout d’avoir appris à écrire les lettres une par une, ni la formation de mes premiers mots.


A la maison, pendant que ma sœur aînée faisait ses devoirs, comme j’avais envie d’écrire, ma mère m’avait donné un cahier où j’écrivais mon prénom. Je ne me souviens que d’une chose : lorsque j’écrivais, mes lettres montaient vers la droite et le mot finissait bien en dehors des lignes. Alors, simplement, ma mère m’a montré comment pencher mon cahier vers la gauche, et ainsi l’écriture restait bien à plat. C’est la seule leçon d’écriture dont je me souvienne !

Comment apprendre à écrire aux enfants ?

Comment, si je ne me souviens de rien ou presque, pouvais-je transmettre le goût de l’écriture aux enfants ? Je ne ‘étais pas vraiment posé la question, étant persuadée que cela viendrait spontanément, tout comme pour moi. Un jour, mon fils voudrait apprendre les lettres, il essaierait de les écrire, et petit à petit il y arriverait, voilà !

Mais dans la réalité, on est parfois surpris… Mon fils s’est effectivement intéressé aux lettres. Il a assez rapidement réussi à les reconnaître, et l’apprentissage de la lecture s’est fait simplement, cela coulait de source, il s’y intéressait et était fier de ses progrès. Par contre, l’écriture ne l’intéressait absolument pas. Rien à faire, il n’a jamais compris quel intérêt il y avait à apprendre à écrire. Même dessiner était pour lui relativement ennuyeux.

Alors, il a tout de même appris à tracer les lettres, puisqu’il le fallait. Doucement, lentement, avec les lettres rugueuses Montessori. Puis avec une craie, sur une ardoise avec de très grands interlignes, toujours en suivant la pédagogie Montessori. Et avec des interlignes plus petits, après quoi nous sommes passés au papier. Avec un crayon, il a tracé les lettres sur de grands interlignes, puis des interlignes « normaux ».

Nous avons suivi toute la progression Montessori, mais en fin de compte, même s’il a appris les lettres, on ne peut pas vraiment dire qu’il ait appris à écrire.

Pourquoi ce constat ?

Simplement parce qu lorsqu’on le voit écrire, on est crispé ! Lorsqu’il écrit un mot, il réfléchit aux lettres une par une, et écrit le mot en lettre-à-lettre, et non de façon liée. Il marque un petit temps d’arrêt entre chaque lettre, l’écriture n’est pas fluide, elle lui demande encore un effort… alors qu’il a dix ans!

En observant les autres enfants à l’école, j’ai vu que d’autres avaient aussi cette tendance à s’arrêter à chaque lettre, ou n’arrivaient pas à suivre les lignes, ou encore traçaient leurs accents à l’envers… J’ai donc fouillé sur internet, et voici le fruit de mes recherches.

Une mine d’or pour l’écriture : le livre de Danièle Dumont.

Je suis allée voir sur le blog de Marie-Hélène : Journal Montessori, qui offre une mine d’informations sur la pédagogie, aussi bien menée à la maison, en ateliers ou dans une école. Et là, je suis tombée sur cet article : « l’apport de Danièle Dumont au cursus Montessori en écriture ».

Cet article, que je vous conseille, est très bien expliqué et a mis en lumière ce qui n’est pas cohérent dans la pédagogie Montessori : on y apprend les lettres, mais pas la fluidité de l’écriture cursive. Heureusement, Danièle Dumont a écrit un livre permettant d’apprendre à apprendre l’écriture !  « le Geste d’écriture », c’est le titre de son ouvrage, nous explique tout, et propose de nombreuses activités et jeux à mettre en place avec les enfants, de la maternelle à 10-12 ans.

Elle a également édité des cahiers d’écriture adaptés aux enfants, droitiers comme gauchers, en cours d’apprentissage. Et oh, miracle ! un cahier appelé « remédiation école – collège », pour les enfants déjà grands et qui ont besoin de reprendre certaines bases pour retrouver la fluidité dans l’écriture !

Je me suis dépêchée de commander ces cahiers, pour les proposer à la fois à mon fils et à d’autres enfants de l’école : à la fois ceux de remédiation, et ceux d’apprentissage et perfectionnement. A raison de 10 minutes par jour, ils seront vite avancés et leur écriture ne s’en portera que mieux !

Pour vous, voici les liens pour commander le livre et les cahiers de Danièle Dumont ! (cliquez simplement sur chaque image)

Comme j’aime partager mes découvertes et vous faciliter leur accès, voici ci-dessous les liens pour les commander directement. J’espère qu’ils vous seront aussi utiles qu’à moi ! Ceux de maternelle permettent d’avoir une bonne préparation, sous forme très simple et ludique.








Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

7 Partages
Partagez
Tweetez
+1